[ Grimoires ] Le Chemin de la Véritable Initiation Magique

Titre: Le Chemin de la Véritable Initiation Magique
Auteur: Franz Bardon
Editions: Alexandre Moryason, 2002

Résumé :

En Dix Étapes sont offertes la Théorie et la Pratique de la Science Magique par excellence.

Une explication claire et des exercices inédits permettant de comprendre et de maîtriser les mondes invisibles qui nous environnent en abordant simultanément la maîtrise de nous-même.

Écrit par un des plus Grands Adeptes, cet ouvrage est une authentique Initiation sur ce Chemin si difficile qu´est l’Évolution spirituelle.

Source : éditions Alexandre Moryason

Que dire de plus? ce livre fait parti des livres incontournables à lire, de mes livres préférés, et même de chevet!
Les enseignements de Bardon viennent évidemment de quelque part, il ne les a pas sorti de son chapeau! influences hindouistes et bouddhistes, il ajoute son étude (il était, entre autres, médecin-naturopathe) ainsi que ses expériences personnelles mystiques. Je ne suis pas une experte, mais je pense qu’il y a également en addition d’autres influences spirituelles.
Quoiqu’il en soit, j’avais déjà suivi quelque temps ses cours, et pour ma part, cela avait eu des impacts vraiment intéressants.
Mais les cours étant intenses, longs, il faut pouvoir s’organiser pour avoir la possibilité de les suivre assidûment. Ceci dit, lorsque l’on arrive à s’aménager un planning et qu’on se lance, cela vaut vraiment le coup!

 Sommaire du livre :

Première Partie – Initiation I : Théorie

I – Les Eléments
1 – Le Feu
2 – L’Eau
3 – L’Air
4 – La Terre
II – La Lumière
III – L’Akâsha ou Éther
IV – Le Karma: Loi de cause à effet
V – L’être humain
1 – Le corps
2 – Le régime alimentaire
3 – Anatomie occulte du corps
VI – Le Plan physique ou monde de la matière grossière
VII – L’Âme ou corps astral
VIII – Les Plans astral et éthérique
IX – L’esprit et le mental
X – Le Plan mental
XI – De la Vérité
XII – La religion
XIII – Dieu
XIV – L’Ascèse

Deuxième Partie – Initiation II : Pratique

DEGRÉ I

Formation Magique du corps mental
– Contrôle, discipline et maîtrise des pensées –

I. Paix mentale
II. Discipline des pensées
III. Sélection des pensées
IV. Vide mental
V. Journal magique, autocritique, programmation des pensées hebdomadaires

Formation Magique du corps psychique
– Introspection ou connaissance de soi –

I. Défauts et laideurs du psychisme
II. Attribution d’un Élément à chaque défaut
III. Liste des qualités & attribution d’un Élément à chacune d’elles
IV. Les deux miroirs du psychisme

Formation Magique du corps physique
– Le corps matériel et charnel –

I. Friction, douche et gymnastique matinales
II. Le mystère de la respiration
III. L’alimentation consciente
IV. La Magie de l’Eau
_A. Le magnétisme de l’Eau
_B. Effet de la température sur la capacité magnétique de l’eau
_C. La charge d’un liquide par l’Akâsha
_D. La purification par l’eau
_E. Acquisition d’une qualité

DEGRÉ II ~ L’Autosuggestion ou le mystère du Subconscient ~

I. Conscience et Subconscience
II. Procédé tendant à cette maîtrise
III. Injonctions conseillées

Formation Magique du corps mental

I. La visualisation
II. Le développement de l’ouïe psychique
III. Le développement de la sensation psychique
IV. Le développement de l’odorat psychique
V. Le développement du goût psychique
VI. Remarques diverses

Formation Magique du corps psychique
– Équilibre des Éléments constitutifs du psychisme –

Transformation du caractère par:
Autosuggestion, Transmutation ou vigilance et volonté

Formation Magique du corps physique

I. La respiration cutanée consciente
II. La maîtrise du corps en une position

DEGRÉ III

Formation Magique du corps mental
– La Concentration –

Savoir, Vouloir, Oser, se Taire
I. Concentration de la pensée au moyen de deux ou trois sens à la fois
II. Concentration de la pensée sur des objets, des paysages
III. Concentration de la pensée sur des animaux
IV. Concentration de la pensée sur des humains
V. Résultats obtenus grâce à ces exercices

Formation Magique du corps psychique
– La respiration des Éléments dans tout le corps –

I. Le Feu: la chaleur
II. L’Air: la légèreté
III. L’Eau: la fraîcheur
IV. La Terre: la pesanteur
V. La couleur de chaque Éléments

Formation Magique du corps physique

Poursuite des exercices du Degré I
I. Respiration des organes
II. Accumulation de la Force vitale

Appendice au Degré III

Bilan des capacités magiques sur les trois Plans
I. Imprégnation de l’espace pour la santé, etc…
II. Le bimagnétisme

DEGRÉ IV

Formation Magique du corps mental
– Le transfert de la Conscience –

I. Dans des objets
II. Dans des animaux
III. Dans des êtres humains

Formation Magique du corps psychique
– Poursuite de l’équilibre magique –

I. Deux méthodes pour accumuler un Élément en soi-même
II. Harmonisation des Éléments

Formation Magique du corps physique
– La gestuelle magique –

I. Principe
II. Attitude du Mage

DEGRÉ V

Formation Magique du corps mental
– La Magie de l’Espace –

Projection de la Conscience dans le centre de gravité…
I. D’un objet
II. Des animaux et des êtres humains
III. De son propre corps : le début de l’Extase spirituelle

Formation Magique du corps psychique
– Accumulation des Éléments –

I. A l’extérieur de soi-même, via le corps
II. Sans que ceux-ci passent par le corps

Formation Magique du corps physique
– La communication passive et consciente avec les êtres invisibles –

I. Préparation
II. Méthode

DEGRÉ VI

Formation Magique du corps mental

I. Méditation sur son propre mental
II. Éducation des cinq sens

Formation Magique du corps psychique
– Travail avec l’Akâsha –

I. Absorption de l’Akâsha
II. Maîtrise des Éléments par l’Akâsha
III. Exemples de rituels et remarques

Formation Magique du corps physique

I. Création consciente d’Élementaux
II. Ce que sont les Larves
III. Ce que sont les Schèmes
IV. Ce que sont les Fantômes

DEGRÉ VII

Formation Magique du corps mental

Vivre en tant qu’être conscient dans son propre mental

Formation Magique du corps psychique

I. Les diverses sortes de voyances
II. Le développement de la voyance
III. La formation de la téléaudition psychique
IV. Le développement du télétoucher psychique

Formation Magique du corps physique

I. La création d’Élémentaires
II. Méthodes de cette création
III. La dissolution d’un Élémentaire
IV. L’animation magique des images

DEGRÉ VIII

Formation Magique du corps mental

I. Préparation aux voyages mentaux
II. Pratique du voyage mental
III. Quelques conseils

Formation Magique du corps psychique

I. Vivre dans le Grand Présent
II. Les fluides électrique et magnétique (deux méthodes de travail)
III. Maîtrise du fluide électromagnétique

Formation Magique du corps physique

I. Action magique par les Éléments
II. Les condensateurs fluidiques (préparation et usages divers)

DEGRÉ IX

Formation Magique du corps mental

I. Les miroirs magiques
II. Voyance à l’aide d’un tel miroir
III. Charge d’un miroir magique
IV. Divers usages d’un miroir magique

Formation Magique du corps psychique

I. Le voyage astral
II. L’imprégnation du corps psychique des Quatre Attributs Divins Fondamentaux

Formation Magique du corps physique

I. Traitement des maladies par les fluides électrique et magnétique
II. La charge de talismans, pentacles, amulettes, pierres précieuses…
III. La réalisation d’un désir dans l’Akâsha par une sphère électromagnétique

DEGRÉ X

Formation Magique du corps mental

I. Projection mentale dans la sphère de chaque Élément.
Visite du royaume respectif des Gnômes, des Ondines, des Sylphes et des Salamandres
II. Contact avec le Guide Spirituel
III. Contact avec les Sphères supérieures

Formation Magique du corps psychique

I. Communion avec Dieu. Les quatre procédés
II. Contact avec les Divinités

Formation Magique du corps physique

I. Brahama et Shakti
II. Explications de divers phénomènes spectaculaires: la suggestion, la télépathie, l’hypnose des foules par les fakirs, la lecture des pensées, la psychométrie, etc…

  Et toi, as-tu déjà testé les enseignements de Franz Bardon? es-tu toujours en train de les suivre? comment ça se passe? as-tu vu/ressenti des changements?

Publicités

Réflexion sur la Cartomancie.

© photo par moi-même ~ Carte : « Oracle de Kuan Yin » , Alana Fairchild – Pendule : Atelier Terra Nostra, par Yuna Minhaï

J’ignore depuis combien de siècles existe la divination, mais on en retrouve des traces sous formes différentes dans toutes les cultures et dans de nombreux témoignages, oraux comme écrits.
Comme actuellement je suis en pleine (re)découverte du Tarot, je m’intéresse donc à la divination par les cartes. Mais il faudrait pour cela comprendre le « hasard » et se demander si le « hasard » existe vraiment… et si le concept des « signes », des messages du divin se pose également. A mon avis, tout dépend de nos expériences personnelles…
Je ne peux confirmer ou infirmer mes propos, vous vous en doutez : ce ne sont que des théories, des avis personnels. Ainsi que mes propres expériences.

  Alors, la cartomancie, arnaque ou véritable outil divinatoire?

Je ne suis pas certaine que l’on puisse voir l’avenir dans les cartes. Pour moi, le futur est trop inconstant : même si on peut/veut admettre l’éventualité que « tout est écrit », entre l’instant présent et le futur attendu, il peut se passer multitudes de choses.
Certains soutiennent que, peu importe les événements, on arrivera au même résultat final, quels que soient nos choix ou les expériences vécues/subies. D’autres pensent, au contraire, que selon les choix et les événements qui en découlent, on peut changer la donne et modifier cet avenir « déjà écrit ».
Honnêtement, je ne sais pas trop dans quel « camps » je me situe. A l’origine, la croyance en un destin immuable ne relève-t-il pas de la foi en un dieu unique? je ne sais pas, je pose juste la question. 

Par contre, les cartes, comme les pages d’un livre de développement personnel, peuvent nous apporter des réflexions nous poussant alors à un travail sur soi. En fait, les cartes relèvent davantage du guide spirituel (ou psychologique!) que d’un véritable outil à prédire l’avenir. Ou disons que, selon l’étalement choisit et le type de Tarot, le tirage va nous mettre sur une voie dont il faudra en interpréter les messages afin d’atteindre le but dégagé par notre questionnement. Vous suivez? xD

Curieusement, aussi terre-à-terre que semble ma réflexion, je pense que c’est un outil intéressant à ce sujet. J’avais parlé dans un vieil article de mon ancien blog  (j’avais fais une dizaine de tirages pour moi) qu’une carte en particulier était apparue par 8 fois. Carte emblématique, vu ce qu’elle signifie… elle me correspond déjà énormément d’un point de vue général, mais d’autant plus dans la phase que je traversais à cet instant-là. Selon moi, le Tarot ou les oracles, s’ils sont bien faits, peuvent être géniaux pour le développement personnel ou spirituel.

Alors bien sûr, il y a des gens qui pensent que de ce point de vue-là, c’est une arnaque : les messages sont généraux, pouvant s’appliquer à n’importe qui (ou presque). Et bien… oui! ça me semble normal même! il faut que les cartes puissent convenir à tous. Pour du cas par cas, ça me paraît difficile à réaliser. Ainsi, je suppose que les significations surfent sur des idées générales ou communes à beaucoup d’êtres humains afin d’aider (ou de commercialiser! xD) un maximum. Bah comme les bouquins en somme.

Je vois la plupart des jeux de type « Oracle » comme des outils de développement personnel ou spirituel. Pour les jeux type « Tarot » (Tarot de Marseille notamment) plutôt comme des guides ou pistes de réflexion sur tout ce qui peut nous concerner. Ça rejoint un peu le boulot des Oracles, mais dans le Tarot j’y vois un peu plus de divination… divinatoire, hein, que de la divination développement personnel, voyez la nuance? est-ce que je m’explique bien, d’ailleurs?

Je ne possède pas tous les jeux de Tarot ou Oracles du monde, évidemment, mais dans tous ceux que j’ai pu obtenir ou consulter, seuls 2 jeux prétendent au concept même de la cartomancie, de la divination « pure et dure », j’ai nommé le Petit Mademoiselle Lenormand (on me l’avait prêté) et Le Grand Eteilla.
Je n’ai plus en tête le livret explicatif du premier, par contre, possédant le jeu second, voici quelques exemples, au pif, de « prédictions » :

Les 9 Épées : cette carte désigne plus souvent une vocation et tout ce qui s’y rattache.
carte isolée et droite : attendez encore pour vous marier ou vous fier.
carte isolée et renversée : vous avez raison de vous défier : vos craintes sont fondées.
carte à coté d’autres, droite : Avec le 57 : vos espoirs ne seront pas déçus. Avec le 21 : crainte d’accident à la tête. Près du 66 (droit) : cadeaux.
carte à coté d’autres, renversée : Près du 29 : on vous soupçonne d’un délit. Près du 44 : vous perdez la foi.

8 – Eve : Cette carte représente la consultante avec ses qualités et ses défauts.
carte isolée et droite : Révélation d’un pénible secret qui vous sera préjudiciable.
carte isolée et renversée : Ne prenez pas froid. Évitez toute croisière.
carte à coté d’autres, droite : Avec le 17 (droit) : danger. Avec le 17 (renversé) : maladie grave. Avec le 50 (renversé) : victoire sur des ennemis.
carte à coté d’autres, renversée : Avec le 71 : revers de fortune.

Les 3 Bâtons : Bonne carte que ce Trois Batôns. Elle incite à aller de l’avant et donne l’esprit d’entreprise.
carte isolée et droite : Faites l’effort demandé.
carte isolée et renversée : Dans quelques jours vos ennuis seront finis.
carte à coté d’autres, droite : Avec le 1 et le 8 : Bonheur parfait. Près du 36 et du 37 (droit) : succès ; (renversé) : protection imminente.
carte à coté d’autres, renversée : Près de 63, 15 et 78 rapprochés : bénéfices importants. Près du 15 : méfiez-vous des belles promesses.

Voyez le genre? bon personnellement je ne crois pas du tout à ce genre de « prédictions » affirmées par des cartes, prédictions sans aucune équivoque d’ailleurs. De plus, je trouve que ça a un coté asservissant. Il suffit qu’une personne très paumée s’accroche désespérément à des messages « divins » dictés par ses cartes et en soit totalement dépendante puisque, du coup, il n’y a pas de place à la réflexion personnelle. Disons pas dans le sens d’une profonde introspection, vous comprenez? c’est dommage, car, pour en revenir rapidement sur Le Grand Eteilla, je trouve la majorité des illustrations très jolies et du coup, pour ma part, c’est un Tarot plutôt agréable!

D’ailleurs, parlons des illustrations! dans ma vie je n’ai pas trop consulté de livres sur le développement personnel, mais je suppose que ça ressemble à beaucoup de textes, de méthodes et conseils, sans images, voire même sans couleurs. Bref, des livres « adultes » voyez? je ne critique pas, j’essaye de vous faire visualiser le truc! 
De mon avis, les illustrations des cartes et les couleurs sont importantes. D’une part, c’est plus agréable de faire un travail (quel qu’il soit) avec quelque chose – en l’occurrence, ici, un outil comme les cartes – qui nous plaît, on est d’accord, c’est vachement plus ludique. Peu importe la nature de ce travail, aussi agréable qu’il pourrait être au départ, il peut se transformer en corvée. Alors retarder ce moment avec un outil joli, plaisant à nos sens, et avec un type d’utilisation court (= tirages), c’est plutôt sympathique! du coup, je réitère ma pensée à ce sujet : il est important de pouvoir consulter quelques exemplaires d’un jeu afin de voir si celui-ci trouve une résonance en nous, notamment pour pouvoir bosser avec.

D’autre part, comme je le disais un ci-avant, cela donne un coté ludique : on ne voit pas le travail personnel (ou spirituel) comme un « vrai » travail, à savoir quelque chose qui peut être très difficile, pénible, voire insurmontable. On associe aux cartes le coté « jouet », donc on « joue » avec, et on ne va pas abandonner aussi facilement qu’on pourrait le faire avec un travail « classique » quand on est un peu à bout, vous comprenez ma pensée? et puis parfois, on abandonne nos livres en cours de lecture, on a la flemme de reprendre au début quand cela fait trop longtemps, etc… .

Bon. Je me suis perdue dans mes pensées, j’avais encore des choses à dire et voilà!  je suis facilement distraite! je vais donc m’arrêter là, mon article est suffisamment long. Je le reprendrais peut-être plus tard. On va conclure par le fait que j’aime bien les Tarots et les Oracles, je pense qu’ils peuvent avoir une vraie utilité pour beaucoup de gens sur un plan spirituel ou psychologique. Mais je reste sur mes positions quant à la divination du futur, de notre avenir : de probables pistes, peut-être, mais pas une vérité absolue, et certainement pas immuable.

(cet article est une « réédition » de mon premier jet sur Le Sanctuaire)

[ Mythologie ] Divinités Féminines Égyptiennes

Amonèt – Forme féminine associée au dieu Amon de Karnak.
Ammit / La Dévoreuse / La Dévorante – Monstre féminin préposé à la destruction de ceux dont le cœur est plus lourd que la plume de Maât sur la balance du jugement. Être hybride, Ammit a une tête de crocodile, un avant-train de lion, et le corps d’un hippopotame.
Ânat – Déesse asiatique, forme phénicienne d’Ishtar-Astarté. C’est une déesse guerrière qui protège le souverain au combat.
Ânoukis – D’origine africaine, c’est la maîtresse de la cataracte (importante chute d’eau), et elle contrôle l’inondation.
ApérètisètCelle qui équipe le trône – Identifiée d’abord à Isis, qu’elle finit par supplanter, elle est représentée portant la coiffure hathorique, formée du disque solaire encadré de deux cornes. Elle serait par conséquent une forme d’Hathor léontocéphale, la déesse de l’amour.
Astarté – Déesse phénicienne de la fécondité, mais aussi divinité belliqueuse et guérisseuse.

Bastèt – Forme généralement clémente de la Déesse Dangereuse, elle apparaît sous l’aspect d’une chatte mais parfois aussi comme une lionne car son caractère redoutable sommeille toujours en elle. Déesse musicienne de la joie, elle est aussi patronne du foyer.
Bat – Antique divinité assimilée à Hathor, on lui figure un visage féminin de face, parfois double, affublé d’oreilles de vache et surmonté par deux cornes stylisées.
Besèt – Doublet féminin de Bès.

Déesse Dangereuse – Nom donné par les égyptologues à certaines déesses au caractère redoutable.
Déesse Lointaine – Ce terme désigne la fille du Soleil qui, sous l’aspect de Tefnout, quitta son père pour aller vivre, sous la forme d’une lionne féroce, dans le désert oriental de la Nubie.

Hathor – Déesse de l’amour et de la joie, elle est la patronne de la musique.
Hatméhyt – Divinité se manifestant dans un poisson, son importance se vit décroître au profit du dieu qui lui était associé, Banebdjedèt.
Hededèt – Déesse scorpion, dont les fonctions sont empruntées par Isis & Selqit.
Hehèt – Doublet féminin de Hehou.
Hémesout / Hémousèt – Entités féminines dont le rôle est proche de celui du ka. Elles protègent l’enfant nouveau-né et personnifient le lieu primordial que la déesse suscita au moment de la création.
Héqèt – Déesse grenouille, aspect féminin de Khnoum, elle aide à la formation de l’enfant dans le ventre de la mère. C’est la protectrice des parturientes.
Hésat – Apparaît sous l’aspect d’une vache blanche.
Hetepèskhouès – Un aspect de la Déesse Dangereuse.

Imentèt / Amentèt – Une forme d’Hathor, dans son aspect de déesse mère, au sein de laquelle se régénèrent les morts.
Iounyt – Assimilée à Râttaouy. Avec Tjenenèt, déesse parèdre du dieu Montou d’Ermant.
Iousâas – Compagne de Rê, avec Hathor-Nebèthetèt. Les deux déesses constituent un double aspect de la contrepartie féminine du démiurge d’Atoum au moment de la création.
Ipèt / Ipy / Opèt – Déesse mère hippopotame, elle engendre le défunt dans l’autre monde.
Ishtar – Divinité originaire du Proche-Orient adorée sous la forme d’Astarté en Phénicie. Déesse guerrière mais aussi guérisseuse.
Isis – Maîtresse des paroles ensorceleuses. Isis est aussi la magicienne par excellence, capable de rendre la vie mais aussi de provoquer la mort.

Kékout – Doublet féminin de Kékou. Ils incarnent l’obscurité (la nuit), considérée comme une manifestation du chaos dans le monde réel.
Khensit – Apparaît sous la forme d’un uræus. Ses fonctions la mettent en relation étroite avec un élément de la coiffure.
Khentèkhas – Déesse lionne dont la personnalité fut rapidement absorbée par Sekhmet.

Maât – Déesse manifestant les principes de la vérité et de la justice, la loi universelle, à laquelle tout être, homme ou dieu, doit obéissance.
Mafedèt / Mafdet – Déesse à tête de félin (guépard ou léopard), elle est l’expression terrestre de la justice divine dont elle en garantissait la bonne exécution à chaque jugement.
Matit – Déesse lionne guerrière. Sa personnalité fut éclipsée par Nemty.
MéhenètCelle qui est lovée – Désignation de l’uræus.
Méhyt – Déesse lionne de This. Elle peut incarner la Déesse Lointaine ramenée par Onouris.
Menhyt – Déesse lionne qui est une manifestation de Neith en tant qu’uræus.
Menqèt – Entité divine personnifiant la bière et intervenant en faveur du défunt.
Mentit – Déesse lionne associée à Onouris, manifestation de la Déesse Lointaine.
Meresger – Elle se manifeste sous l’aspect d’un uræus, parfois à tête humaine ou d’un serpent. Elle incarne les forces surnaturelles, et était réputée punir les fautifs, en particulier les menteurs et parjures, mais savait se montrer clémente pour les repentants.
Mikèt – Déesse de Basse Nubie, elle est dotée d’épithètes empruntées aux déesses tutélaires d’Égypte. Représentée comme une femme, elle ne porte aucun attribut particulier.
Mout – Divinité ancienne et guerrière, protectrice de la Haute Égypte, elle est parfois dite œil de Rê, symbolisée par un vautour mais parfois par une lionne lorsqu’elle est œil de Rê.

Nebèthetepèt – Elle incarne la partenaire du démiurge Atoum-Rê au moment où il engendra le monde. Elle est assimilée à Hathor.
Nebètou – Dame des oasis, elle est la forme favorable de Hérymaât.
Nehemètâouay – Personnalité un peu insignifiante, elle se confond souvent avec Ounout, Séshat ou Héqèt. Elle emprunte ses fonctions cosmiques à Hathor-Nebèthetepèt.
Neith – Déesse très ancienne, c’est la déesse de la guerre et de la chasse, elle est considérée comme la Mère de Dieu qui donne naissance à Rê. Elle est également la déesse des morts et la patronne du tissage.
Nekhbet – Déesse de la Haute Égypte, personnifiée par un vautour femelle blanc, elle est généralement représentée avec Ouadjet (le cobra de Basse Égypte) avec qui elle formait un couple de déesses protectrices assistant les rois, les initiés et les défunts. Nekhbet et Ouadjet participaient à la formation (spirituelle et sociale) de chaque nouveau roi.
Nephtys – Accompagne et seconde sa sœur Isis au moment de la mort puis de la résurrection de leur frère Osiris. Elle peut être également assimilée à Anoukis dans sa forme de Khersekèt.
Nounèt – Doublet féminin de Noun.
Nout – Déesse du ciel, Nout est la mère des divinités principales Osiris, Isis, Seth et Nephtys. Elle est la maîtresse du principe de la vie, de la mort et de la résurrection de chaque être créé.

Ouadjet / Ouadjyt / Outo – Celle qui a la couleur verte du papyrus – Coiffée de la couronne rouge de la Basse Égypte qu’un uræus femelle personnifiait, la déesse symbolise le contrôle des émotions et de la croissance ainsi que de la Connaissance et l’initiation. Elle est aussi une divinité de la fertilité du sol et des eaux.
Ounout – Déesse de Haute Égypte apparaissant tantôt sous l’aspect d’une hase, tantôt sous l’aspect de l’uræus.
Oupesèt – Déesse flamme considérée comme une forme de l’uræus.
OurèthékaouLa Grande en Charmes Magiques – Personnification de la puissance surnaturelle des dieux, en particulier du soleil.
OuserètLa Puissante – Le plus souvent considérée comme un aspect de l’uræus.

Pakhèt – Déesse lionne considérée comme la fille du Soleil. Comme d’autres formes de la Déesse Dangereuse, elle surveillait les abords du désert.

Qadesh – Déesse syrienne dont le culte fut implanté par les prisonniers asiatiques. Figurée en général de face, nue, debout sur un lion passant et tient souvent des serpents ou des plantes dans les mains. Associée à Hathor, sa protection était invoquée contre les animaux venimeux.
Qébéhout – Déesse en rapport avec les offrandes d’eau fraîche, sa personnalité semble s’être confondue avec celle de Ouadjyt. Veille sur les eaux vives de l’inondation naissante. Dans l’au-delà, elle personnifie un lieu de régénération dont sort triomphalement le défunt une fois ses forces vitales réanimées.
Qerehèt – Déesse cobra incarnant l’origine des temps et l’antiquité des lignées familiales.

Râttaouy – Soleil des Deux terres – Déesse épithète de la déesse Tjénenèt que Râttaouy supplanta à partir du Nouvel Empire.
Rénénoutet – Maîtresse de la terre fertile et des greniers, c’est la divinité personnifiant l’agriculture et les travaux saisonniers de la terre (proche de Démeter).
Répit / Triphis – Déesse lionne. C’est la déesse de l’année, du renouveau, et aux époques tardives de la jeunesse, dame du temps.
Rérèt – Épithète de Nout et d’autres déesses mères comme Isis. Apparaît sous l’aspect d’une truie.

Satis – Divinité des cataractes coiffée avec des cornes d’antilope, donnant de l’eau aux défunts afin de se purifier. Elle devint avec le temps la déesse lunaire du principe féminin et de l’amour.
Séfekhètâbouy – Protectrice des bibliothèques, c’est une épithète de Séshat devenue une entité divine à part entière à partir du Nouvel Empire.
Sekhathor – Déesse vache, dont les fonctions sont essentiellement nourricières. Elle transmet l’énergie de la vie surnaturelle à celui qu’elle allaite.
Sekhmet – C’est une redoutable guerrière, elle accompagne le roi dans ses campagnes faisant trembler de peur aussi bien les ennemis de l’Égypte que les suivants de Seth et d’Apophis. La médecine et la chirurgie faisaient partie de ses pouvoirs magiques. Elle engendre les maladies, peut les guérir, et incarne également la redoutable vigueur du soleil en tant que principale manifestation de la Déesse Dangereuse. Cette agressivité n’est que son aspect protecteur. C’est la patronne des médecins et ses prêtres connaissaient l’art de guérir.
Selqit / Serqèt / SelketCelle qui fait respirer – Déesse protectrice du souffle, c’est la gardienne scorpion qui protège les sarcophages et les coffres à canopes, avec Isis, Nephthys et Neith. Associée à Qebehsenouf, elle veille plus particulièrement sur les intestins du mort. Entité bienveillante, elle transmet son pouvoir à ses médecins-magiciens qui soignent les piqûres de scorpion. Elle restitue également le souffle vital aux défunts.
Sématourèt – Déesse vache au pelage blanc, dont la personnalité fut supplantée par celle de Nekhbèt.
Sechat / SeshatCelle qui dirige la maison des livres – Déesse archiviste, Sechat est la divinité de l’écriture, des scribes et des architectes. Elle veille sur les bibliothèques des temples et sa fonction principale consistait à noter jour après jour les événements se déroulant pendant le règne d’un pharaon.
Shedit – Déesse primordiale, figurée sous l’aspect d’une vache, proche de Methyer (Mehetouret).
Shentaït – Déesse vache. Son rôle est de provoquer la germination.
Shesemtèt / Shesmetet / Chesmet – Patronne de certains attributs royaux ou divins, elle se manifeste dans l’uræus et entre dans le cercle des Déesses Dangereuses.
Shetat – Ancienne déesse vautour, supplantée par Nekhbèt.
Sothis / Sépédèt – Personnification divine de l’étoile Sirius. Souvent considérée comme une forme d’Isis.

Tabitjèt – Déesse qui se manifesterait dans un scorpion.
Taourèt / Thouéris – Taourèt incarne toutes les fonctions de fertilité et de reproduction dévolues aux déesses en général, elle veille sur les femmes enceintes et les parturientes, ainsi que les accouchements.
Tapsaïs – Parèdre du dieu Toutou.
Tasenètnéfrèt – Déesse qui est la contrepartie solaire d’Hathor.
Taÿt / Taït – Déesse du tissage, elle fabrique la tunique osirienne que revêt les rois, les prêtres, les initiés ou les défunts.
Tefnout – C’est la jumelle de Shou. Tefnout revêt parfois la forme d’une lionne.
Témèt – Déesse doublet féminin d’Atoum.
Tenemèt – C’est la déesse de la bière mais aussi parfois du miel.
Tenemout – Elle est le doublet féminin de Tenemou.
Tjésemèt – Déesse qui incarne la maternité.


Cataracte : Importante chute d’eau sur le cours d’une rivière

Épithète : Qualification d’une personne en bien ou en mal ; forme, aspect.

Parèdre : Divinité secondaire, époux ou épouse d’un dieu plus important.
Parturiente : Femme en train d’accoucher.

[ Positivisme ] Citations « Mr. Wonderful »

J’avais acheté un agenda Mr. Wonderful dans lequel se trouve plein de petites phrases sympas et j’ai pensé les publier ici. J’aime bien tout ce qui est belles citations, phrases philosophiques, positives, marrantes, de motivation… alors je viens les partager aussi! Voici déjà celles du 31 Août au 30 Septembre:

· Un jour parfait commence à tes cotés.

· Aujourd’hui , on va changer le cours de l’histoire!

· Qu’il pleuve ou qu’il vente, tout me tente!

· Si chaque jour est un cadeau, où est-ce que je peux rendre ce lundi?

· Les sentiments peuvent t’échapper des mains, mais pas du cœur.

· La dépression post-vacances est proportionnelle à la couleur de ton bronzage.

· N’agis pas comme si tu savais tout parce que tu risques de ne rien apprendre.

· Mode week-end on.

· Ne laisse pas lundi gagner, bois du café.

· Si tu dois t’éloigner de ton objectif, que ce soit pour reprendre de l’élan.

· Les regards s’échangent pour éviter les explications.

· Parfois, on n’a pas besoin de beaucoup d’amis, juste de bons amis.

· Débranche tout et partons en week-end, on l’a bien mérité.

· Avec un réveil en musique, ça ne peut être qu’un bon jour.

· N’oublie pas que tu ne peux pas rendre tout le monde heureux, tu n’es pas une part de pizza!

· Si tu changes d’habitude, automatiquement le jour de la semaine change aussi.

· Fini cet air aigri, c’est déjà vendredi.

· Si tu as des pensées négatives, rien de positif ne pourra t’arriver.

· Même les plus grands sportifs doivent parfois s’arrêter pour reprendre haleine.

· Choisis un travail que tu aimes et tu n’auras pas à travailler un seul jour de ta vie – Confucius

· J’adore pouvoir améliorer ma journée de mille et une manières différentes.

· Ne sois pas égoïste et partage ton bonheur.

[ Mythologie ] Divinités Féminines Africaines, Haïtiennes et Malgaches

Concernant le panthéon vaudou, je n’ai dressé ici que la liste des loa pouvant être aussi bien de type féminin que masculin, ainsi que toute autre entité ou divinité « femelle » (ceci n’est pas un terme sexiste). J’ai donc fais l’impasse sur la cosmologie (les astres: planètes et étoiles), les points cardinaux, la métaphysique ou encore certains éléments (feu, vent, arc-en-ciel, pluie…). Beaucoup d’entités sont propres à certaines tribus ou peuples, qui n’ont pas forcément les mêmes divinités que les autres, ainsi, il y en a donc un nombre incalculable, sans parler qu’il faille compter les loa des rites petro, rada, nago, etc…! D’ailleurs, Alfred Métraux le dit bien lui-même son livre :

(…) Personne ne les a dénombrés, car, si l’on peut dresser sans peine la liste des «grands loa de l’Afrique-Guinée », on ne viendrait jamais à bout des noms de tous les génies locaux.
(…) Le panthéon vaudou ne cesse de s’enrichir de nouveaux « mystères ». Les uns sont révélés et imposés aux membres d’une confrérie par quelques fidèles possédé par un dieu inconnu. (…) D’autres doivent leur origine à un rêve. Celui qui a été visité en songe par un esprit inconnu s’empresse d’en propager le culte.

Alors j’ai simplement repris toutes les divinités trouvées dans les ouvrages que j’ai pu consulter, dont celles du panthéon vaudou. Je n’ai pas pris en compte les « tricksters » (comme par exemple Anansi l’araignée) ni les héroïnes, seulement les déesses et esprits féminins, ou pouvant l’être.

Aberewa / AsaaseYaa – Déesse du panthéon ashanti (Ghana). C’est le nom donné à la fois la femme primordiale et à une puissante déesse de la terre, qui est également appelée Asaase Yaa (voir à ce nom).
Abuk – Déesse du peuple Dinka (Soudan). La femme primordiale, qui a été élevée au statut divin; déesse patronne des femmes et des jardins. Elle préside les activités des femmes, en particulier la culture du mil. Son emblème est un petit serpent.
Adroanzi – Panthéon lugbara (République Démocratique du Congo, Soudan, Ouganda). Ce sont des esprits gardiens des morts. Ils fréquentent les ruisseaux, les grands arbres et des roches, et suivent personnes la nuit. Si les gens qu’ils ont suivi regardent en arrière, les Adroanzi les tuent.
Agilisa – Esprits mauvais. Ils sont comme les atolo(= âmes désincarnées), mais leur tempérament est différent de celui des atolo: les Agilisa sont de mauvais atolo car ils chassent l’homme dans la brousse et font en sorte que les hommes ne parviennent plus à parler comme les humains. Ces esprits les importunent et les frappent, pourchassent dans la brousse ceux qui s’aventurent sur leur territoire et les rouent de coups. La victime erre ainsi pendant des jours jusqu’à ce qu’elle soit retrouvée par la famille ou les amis, dans un état lamentable, ne pouvant plus prononcer une parole intelligible. Le malheureux mange boue et vers de terre, refusant toute nourriture et craint la compagnie des étrangers.
Aïda Hwédo – Elle personnifie l’arc-en-ciel et toutes les eaux. Mais elle est également vue par les grands initiés africains comme étant la Voie Lactée, la Lune, Vénus et différentes constellations.
Aïzan – Elle personnifie la virginité de Marie. Pour certains, elle est considérée comme l’esprit qui éclaire les recherches des initiés non encore parvenus à un haut niveau de connaissance. Elle guiderait, en quelque sorte, les tâtonnements vers la Vérité grâce à la perfection de la structure géométrique de la feuille de palmiste, son symbole. Elle est, avec Legba, maîtresse des chemins, des carrefours, tant des corps humains que des villes, et a pour conséquent la garde magique des barrières, des obstacles. Dans la magie vaudou, elle symbolise les moyens de l’Assomption et de l’Ascension.
Aja – Divinité orisha (voir ce terme plus bas). Déesse des forêts qui a enseigné les utilisations des herbes médicinales.
Ala / Ale / Ali – Panthéon Igbo (Nigéria). La déesse de la Terre et de la fertilité; elle a porté la Terre dans son utérus, et prend les gens de la Terre sous sa protection. Ala fait grandir la « graine » dans le ventre des femmes, permet la vie aux enfants et veille sur eux tout au long de leur vie.
En tant que souveraine du Monde Souterrain, elle accepte les morts dans son corps (la terre) et règne sur les ancêtres enterrés là. Lorsque les morts sont enterrés, les Igbo croient qu’ils se transforment en terre et deviennent unis par Ala.
Ama / Ma – Dans le panthéon des Jukun (Nigéria), Ama est le Créateur, et possiblement une fusion de deux déités ou plus. Ama est parfois considérée comme mâle et d’autres fois comme femelle. Dans son aspect féminin, c’est la déesse de la Terre et la mère du Monde. Elle a créé la Terre, les paradis et tout ce qui vit et grandit.
Sous la personnification de la Terre, Ama règne sur Kindo, le monde souterrain, dans lequel tous les êtres vivants sont apparus et dans lequel ils retournent après la mort.
Amadlozi – Panthéon zoulou (Afrique du Sud) – Les esprits des ancêtres du peuple des Zoulous. Les humains pouvaient invoquer l’aide du monde des esprits en appelant les Amadlozi.
Amokye – Divinité du peuple Ashanti. Amokye accueille les âmes des femmes mortes dans l’Asamando, le pays des morts.
Andoumboulou – Génies invisibles, vivant dans les rocheuses. Ils passent pour être les premiers humains, et sont appelés « petits hommes rouges ».
Asaase Afua – Déesse de la fertilité et de la procréation.
Asaase Yaa / Asase Ya / Asase Yaa / Aberewa – Panthéon ashanti (Ghana). Puissante déesse de la Terre. Elle règne sur les lieux arides de la terre et est également considérée comme la mère des morts. Cette déesse est également connue sous le nom d’Aberewa.
Avlekêtê – Enfant tonnerre.

Baka – Un mauvais esprit qui erre dans la nuit et qui prend la forme d’un animal.

Chwezi / Bachwezi / Bacwezi / Cwezi – Esprits du panthéon du peuple Nyoro (Ouganda). Traditionnellement, il y avait 19 esprits chwezi qui étaient diversement associés à la récolte, la guérison, l’abondance, la variole, la royauté, la météo, les bovins, et ainsi de suite.

Enfant-Terrible ¹ – Une classification des histoires d’enfants célèbres avec de grands pouvoirs.
Esprits & Génies – Ces termes désignent toute une panoplie d’entités dotées généralement des attributs de la personne humaine, sans en posséder l’enveloppe corporelle concrète. Invisibles, ils sont pourtant susceptibles d’apparaître au marcheur nocturne, voire même prendre possession de lui, ce principalement dans la brousse. Il y a des lieux privilégiés pour rencontrer des génies: arbres, carrefours, points d’eau, rochers, ainsi que des monuments, heures et jours plus ou moins favorables. Certaines tribus rapportent qu’autrefois, les génies et hommes cohabitaient, et que l’organisation de leur monde serait comme un double de la société humaine (liens de parenté et d’alliance, organisation sociale).
Ezilie-Fréda-Dahomey / Ezilie / Erzulie / Erzilie – Grande déesse que l’on rapproche d’Aphrodite. C’est la déesse de l’amour, de la fécondité et du plaisir. Son origine marine la rattache aux eaux originelles. Elle se confond avec la Matrice Première et elle s’apparente donc aussi à Gaïa, la Terre-Mère des anciens grecs.
Personnification de la beauté et de la grâce féminines, elle est coquette, sensuelle, amie du luxe et du plaisir, et dépensière jusqu’à l’extravagance. Les vaudouistes distinguent plusieurs Erzilie, mais la plus importante serait Erzilie-Freda-Dahomey, du rite rada. La déesse personnifie aussi l’Esprit-Saint. C’est la Vierge du Vaudou.

Faro – Mythologie bambara (Mali). Une figure féminine du créateur avec un jumeau mâle, Koni, qui était également son mari.
Dans une autre tradition, Faro a une double identité à la fois comme un dieu du ciel et de l’eau. Bien que considéré comme un homme, Faro a été engrossé par l’oscillation de l’Univers et a donné naissance à plusieurs paires de jumeaux.

Grande Bossine – Loa aquatique, épouse de Bosou.
Grande Sih-Lih-Bo Nouvavou – Initiée ou Aimée par le Soleil – Sihlihbo représente l’omnicience, en vaudou. Elle est la souveraine des cours d’eau, des mares.
Guédé-Loraye / Guédé L’orage – Génie féminin faisant parti de la famille des Guédés (= esprits de la mort). Elle se manifeste pendant les tempêtes.
Guédé-Masaka – Génie féminin faisant parti de la famille des Guédés. Elle porte dans une sacoche un cordon ombilical et des feuilles empoisonnées. Guédé Masaka accompagne souvent Guédé Oussou, ce dernier ayant pour fonction d’être fossoyeur.

Hennou-Vôdoun – Divinités privées spéciales à telle ou telle collectivité familiale. On parle aussi d’Ako Vôdoun (vôdouns familliaux). Ce sont les fondateurs et bienfaiteurs de la famille.

Inkosazama – Déesse du panthéon zoulou, Inkosazama est la déesse de l’agriculture, qui fait croître le grain.

Jaba Suko – Elle est un génie animiste qui incarne la féminité et possède d’importants pouvoirs magiques. Elle est habillée de noir.
Jabu – Esprits responsables des épidémies.
Jinn / Djinn – Mythologie arabe (Sahara Occidental). Au singulier on écrit jinni. Esprits qui, selon la démonologie musulmane, habitent la Terre, prennent des formes diverses et exercent des pouvoirs surnaturels.
Les Jinn sont traditionnellement considérés comme mauvais et dangereux. Les Jinn ne sont pas des esprits purs; ils ont des corps, et si un jinni est tué, son cadavre reste.
Parmi leurs pouvoirs, ils ont la capacité à apparaître et disparaître, à se transformer en un animal, et même de prendre forme humaine. Bien que généralement pas sympathiques envers les humains, les Jinn récompensent la gentillesse.
Jinu – Génies malfaisants, vivant dans la brousse et les grottes, mais se réfugiant souvent dans les grands arbres. Ils donnent diverses maladies aux hommes et aux femmes.
Jorobo Sitan – Elle est également un génie animiste. C’est la ménagère par excellence.

Kitaka – Panthéon baganda (Ouganda). La Terre Mère. Elle est consultée sur les questions agricoles en vue d’abondantes récoltes.

Loas / Lwales Mystères – Divinités ou esprits d’origine africaine. Ces puissances surnaturelles sont souvent invoquées dans des rituels vaudou.
Loma – Panthéon bongo (Soudan). L’Être Suprême et Créateur, un dieu androgyne avec 2 aspects: Loma, l’aspect masculin, et Ma Loma, l’aspect féminin. Ensemble, Loma et Ma Loma créèrent la terre et les êtres humains.

Mbaba Mwana Waresa – Déesse du panthéon zoulou. C’est la déesse de l’arc-en-ciel de pluie, et de la récolte. Elle est bien aimée parce qu’elle a donné aux Zoulous le don de la bière.
Mademoiselle Chalotte ² / Mademoiselle Charlotte – Loa français. Leurs possédés parlent un français fort correct, même s’ils n’ont jamais appris la langue. Chalotte (Charlotte?) est pointilleuse, elle exige qu’on observe vis-à-vis d’elle les formes d’un protocole des plus raffinés. Quand elle parle « langage », elle s’exprime avec maladresse.
Mamlambo – Panthéon zoulou. Mamlambo est la déesse des rivières.
Manman Brigitte / Maman Brigitte / Grande Brigitte – Elle serait l’épouse du Guédé Baron Samedi, et la mère de tous les Guédés. Elle est un des Grands Juges du panthéon vaudou et aussi une éminente avocate: c’est à elle qu’on va demander conseil pour aller en justice ou simplement justice.
Marinette-Bois-Cheche – Loa invoqué exclusivement dans le rite petro. Elle est la redoutable exécutrice des basses œuvres, notamment celles de Kita (loa sorcier).
Elle est surtout invoquée par les prêtres dits de la « secte rouge », c’est-à-dire ceux qui pratiquent la magie noire. Diablesse vouée au mal, Marinette est surtout vénérée par les loup-garous qui lui font des « services » propitiatoires lorsqu’ils ont besoin de son aide. Elle vagabonde dans les bois, la nuit.
Mawu – De sexe indéterminé, mais ce loa est souvent considéré comme une divinité féminine et parèdre de Lisa (ou Lissa), qui, ce dernier et dans la religion d’Abomey, est un dieu mâle. On attribue à Mawu la création du monde.
Métrès / Maîtresse – Autre nom utilisé pour Ezili Freda.
Mondongue Moussai – Génies malfaisants, où, comme certains autres loa et entités maléfiques, il y a danger à ne pas les satisfaire.

Nambi – Panthéon baganda (Ouganda). Fille de Gulu, dieu du Ciel.
Nana Buku – Déesse considérée comme étant la Créatrice.
Nommo – Génies des eaux.
Nyngone Mebeghe – Esprit féminin et terrien.

Odudua / OduduwaPrincipale qui nous créa – Déesse créatrice, elle est la terre et est le pendant féminin d’Obatala. Odudua est aussi appelée Iya Agbé, « Mère de la calebasse ». C’est la patronne de l’amour et déesse de la fertilité.
OlokunPropriétaire de la Mer – Panthéon Yoruba (Nigeria). Dans le panthéon des divinités yoruba (connues sous le nom de orisa/orisha), c’est la déesse de la mer, des marais et de la brume. Elle vit dans un monde sous-marin.
Olosa – Déesse de la lagune.
Orishas / Orixás – Divinités afro-américaines originaires d’Afrique, et plus précisément des traditions religieuses yoruba. Elles apparaissent aussi dans la religion vaudou.
Oshun / Oxum / Ochun – Divinité des eaux des rivières. Elle est la déesse de la beauté et elle a une forte liaison avec le monde spirituel.
Oya / Oyá – Divinité aquatique, du vent, de la foudre , de la fertilité. Elle crée les ouragans et les tornades.

La Sirène et la Baleine – Ce sont deux divinités marines étroitement unies, elles sont donc toujours vénérées ensemble. Certains disent que la Baleine est la mère de la Sirène, d’autres que c’est son mari, d’autres encore que les deux noms s’appliquent à une même divinité. On dit aussi que La Sirène serait l’aspect marin d’Ezili.

To-Vôdoun – Nymphes.

Wagadu – Déesse du panthéon des Soninkés (Mauritanie).
Woyengi – Panthéon Ijo (Nigeria). La déesse Créatrice.

Yéban – Génies bienfaisants, maîtres du sol et des animaux sauvages.
Yemaja / Yemanja / Yemayah / Yemoja – Panthéon nigérian. Orisha de la rivière Ogun et déesse-mère. Yemaja est identifiée comme étant la femme d’Ogun. Elle est considérée comme la déesse-mère patronne des naissances et est principalement adorée par les femmes.
Yinrin – Esprits qui sont à la source de certains pouvoirs magico-religieux.

Île de Madagascar

Les croyances tournent essentiellement autour d’esprits ou génies des eaux, on trouve beaucoup d’histoires de sirènes ou d’ondines:

Ampelamanañisa – La Femme avec des ouïes – Nom de la « sirène » pour les Vezo et les populations en contact (comme les Masikoro par exemple).
Ampeladrano – Femme de l’eau – Femme marine ayant une forme de poisson à partir des hanches et de très longs cheveux. Pour les Vezo, ils la connaissent comme un esprit possédant les vivants et ils l’appellent bevolo, « à la chevelure épaisse/abondante ».
Ampelanosendrano – Femme îlot des eaux – Femme marine du grand sud malgache, de la région de l’Androy.
Ampelavoronosy – Femme oiseau des îles – Nom donné aux sirènes dans le sud-est malgache. Il évoque les sirènes aviformes odysséennes.

KalanoroFille de la félicité, Fille de joie, Fille d’eau – Ce sont de petits êtres surnaturels ressemblant aux humains mais ayant trois orteils. Leur habitat voisine toujours un point d’eau (lac, étang, rivière) et ils sont aussi bien aquatiques que terrestres. Le nom donné à ceux de sexe masculin est kotokely (« Garçon petit »).
KembaranoFille de l’eau – Terme utilisé dans le sud-est de l’île.

LolondranoFantôme des eaux – Mauvais esprit qui hante les eaux ou endroits avoisinant les points d’eau, sans être forcément d’origine aquatique.

Olondrano – Appellation des êtres aquatiques dans le moyen sud-ouest malgache (région d’Ihosy, etc…).

TandranoCeux des eaux – Appellation générale des êtres humains réputés vivre sous les eaux.

ZazavavindranoFille des eaux, Femme enfant des eaux – Appellation la plus répandue sur toute l’île pour désigner sirènes, ondines, dames du lac… . Le nom donné aux êtres de sexe masculin est zazavirano ou encore zazalahy.

Addenda : mythologie somalienne

J’ajoute ci-dessous quelques citations du lexique issu de l’ouvrage Histoire des Croyances en Somalie de Mohamed Mohamed-Abdi. A noter qu’il ne semble pas exister de divinité féminine, seulement des dieux masculins (Baal, Batar, Hirimaadey…), donc je ne donne ici que ce qui est en rapport avec les esprits.

Beebe – Nom d’une famille d’esprits possesseurs; Cérémonie d’exorcisme pratiquée pour cette famille particulière d’esprits et danse que l’on exécute au cours de cette cérémonie.
Boorane – Nom d’une famille d’esprits possesseurs; Elle regroupe plusieurs sous-familles (Caarabiya, Odaa, Jaan, Goohiyow, Faanow, Fadhicaare, Amaaranya).

Iidobexay – Famille d’esprits possesseurs.

Luumbi – Nom d’une famille d’esprits possesseurs; Cérémonie d’exorcisme pratiquée pour cette famille particulière d’esprits et danse que l’on exécute au cours de cette cérémonie.

Mingis – Nom d’une famille d’esprits possesseurs; Elle regroupe plusieurs sous-familles (Yoose, Maame, Wadaagsiin…).

Rooxaan – Famille d’esprits possesseurs.

Xayaad – Famille d’esprits possesseurs.


¹ en français dans le livre African Mythology A to Z, de Patricia Ann Lynch.
² Orthographié de cette manière, mais il est possible que cela soit une faute de frappe.

[ Unboxing ] Le Coffret ABC des Lettres Hébraïques

Titre : Le coffret ABC des Lettres Hébraïques
Auteur : Georges Lahy
Éditions : Grancher
Format : Coffret
Contenu : Livret explicatif illustré (noir et blanc) et 22 cartes
Langue : Français

Résumé :

Les vingt-deux lettres de l’hébreu sont des potentialités, des puissances encloses. Leurs noms, issus de pictogrammes antiques, sont riches en symboles. Pour libérer sa vitalité, une lettre doit « échanger » avec une autre et, comme dans un jeu de miroirs où la lumière se réfléchit de l’un sur l’autre, le jeu de réflexion entre deux lettres fait apparaître des ondes sonores et, partant, la pensée : à partir de là, le monde peut se nommer.

Ce livre qui accompagne le jeu Otiyoth (jeu de 22 cartes résumant les informations essentielles sur chacune des lettres de l’alphabet hébraïque) prend donc la forme d’un dictionnaire des racines bilitères (ou couples de lettres) car celles-ci nous offrent la possibilité de communiquer avec nos dimensions cachées en laissant notre ressenti percevoir leur énergie, leur lumière. Ce dictionnaire offre, pour chacune des 482 combinaisons de lettres, une définition symbolique, simple et archétypale qui, lue avec intuition, vous permettra de tirer une information que vous pourrez relier à une situation de vie. Il vous aidera à faire parler aisément les lettres, sans avoir nécessairement besoin de connaître l’hébreu, afin de rétablir le dialogue entre l’être connu et l’être inconnu. Cet ouvrage s’adresse aussi bien à ceux qui désirent étudier les lettres hébraïques et leur symbolique qu’à ceux qui souhaitent répondre à des questions existentielles.

Pour être honnête, je ne connais rien sur les lettres hébraïques, ni le judaïsme ni la littérature dite kabbalistique. Je m’y intéresse mais actuellement je ne fais qu’entasser des ouvrages et parfois survoler les sujets. Il y a tellement à lire et à étudier! ceci dit, quand j’ai vu cet espèce de…de quoi en fait? Tarot? Oracle? bon, quand j’ai découvert ce coffret, j’y ai vu une opportunité de me familiariser avec les lettres hébraïques, espérant que cela me donne en quelque sorte une base pour les connaître et comprendre.

J’ai fais un test (voir la photo ci-dessous) en essayant un premier tirage, par curiosité. Ma question portait sur ma foi, ma spiritualité. Pour l’instant, l’interprétation m’est obscure – même avec le dictionnaire des interprétations fourni! -, probablement parce que je suis encore une grosse profane en matière de spiritualité juive! ne l’étudiant pas actuellement, cela me reste bien complexe. Ceci dit, je n’ai peut-être pas essayé le tirage le plus simple en tant que néophyte! M’enfin, c’est toujours intéressant à expérimenter, et, qui sait, comme je le disais plus haut, cela m’aidera sans doute à apprendre les lettres hébraïques et à obtenir une base pour les comprendre.

Méthode utilisée : l’interrogation avec 2 lettres (à lire, bien évidemment, de droite à gauche)

Mon résultat : Samék (à droite) et Laméd (à gauche)


J’aime : 

[ Mythologie ] Divinités Féminines Slaves

Divinités païennes féminines et entités diverses issues des croyances de Russie, Bulgarie, Roumanie, …
Les croyances des peuples Slaves sont mixées avec leurs croyances païennes et la religion chrétienne (orthodoxie).

Ajysyt – Déesse-mère sibérienne (tribu Yakut). Son nom signifie « Donneuse de naissances », même si elle est également appelée « la mère des berceaux ». On la connait aussi sous d’autres noms, comme par exemple Ajysyt-ijaksyt-khotant: « la mère nourrissante ». C’est un des aspects d’Ajysyt.
Alenka – Dans la mythologie russe, c’est la fille d’une sorcière que l’on identifierait comme étant Baba-Yaga.
Alklha – En Sibérie, il s’agit de la personnification des Ténèbres du Ciel.

Baba-Yaga – En Russie, Baba-Yaga est une ogresse, un être céleste ou la maîtresse de la forêt et des bêtes sauvages qui s’y abritent, et elle mange les petits enfants. Certains la considèrent comme étant la déesse des Enfers. Elle serait descendante d’une déesse slave païenne de la Mort.
BogoroditsaDonneuse de naissance de Dieu – Le nom russe de Marie, mère du Christ.

Chernava – Fille du Tsar de la Mer. Le Tsar de la Mer (ou Roi de la Mer) est le dieu russe des Océans.
Crépuscule / Zorya Verchernyaya – Le soleil couchant, personnifié par la déesse russe Zorya Verchernyaya.

Devana – Déesse tchèque de la chasse en parallèle la Diane romaine. Chez les Serbes elle est connue sous le nom de Diiwica, et en Pologne elle se nomme Dziewona ou Dilwica.
Delka – Déesse lituanienne, sœur de Karta et Laima-Dalia dans les légendes qui décrivent les trois déesses du destin. Généralement, Laima-Dalia est considérée comme l’unique déesse du destin.
Dennitsa / Zvezda Dennitsa – Version populaire et courte du nom de la déesse russe Zvezda Dennitsa, l’Etoile du Matin.
Dida – Déesse slave, le pendant féminin de Dido. Avec ce dernier, elle forme la paire susceptible d’avoir été les jumeaux nés Lada (pour Dida) et Lado (pour Dido).
Didilla / Didilia – Déesse polonaise, faisant parti d’une paire de divinités de la fertilité, l’autre étant Zizilia.
Diiwica / Devana – Nom serbe pour Devana, déesse de la chasse.
Dilwica / Dziewona / Dziewana – Ancienne déesse polonaise de la chasse. Elle est décrite comme éternellement belle et radieuse, et totalement inaccessible. Tomber sur Dilwica et sa partie de chasse signifiait une mort presque certaine, possiblement être mis en pièces par ses chiens. Elle est également vue comme un aspect de la Grande Déesse, et son nom, Dilwica, a été donné seulement pour protéger son vrai nom secret.
Dodola – Déesse serbe de la pluie.
Domania – Autre nom slave pour la domovikha ou le kikimora.
Dugmai – Déesse slave inhabituelle mais importante avec pour unique responsabilité de faire lever la pâte.
Dzidzilelya – Déesse qui veille sur les destinées de l’enfance. Elle est identifiée à Vénus.
Dziewona / Dziewonawan(n)a – Le nom polonais sous lequel est connu la déesse de la chasse, Devana, en Pologne.

Les Jeunes Filles colombe – Mythe arménien ~ Ce sont 3 jeunes filles surnaturelles qui s’envolent vers la terre tous les soirs, enlèvent un prince de sa tombe, et soupent avec lui.

Koldun’ya – Magicienne. Nom au masculin: Koldun. Nom au pluriel: Kolduny. Certains Kolduny étaient d’origine surnaturelle.

Lada – Déesse slave de la beauté.

Etoile du Soir – Personnification de la planète Vénus vue tôt dans le ciel le soir. Dans la mythologie slave, l’étoile du soir est personnifié par la déesse Zvezda Vechernyaya, qui est la sœur de Zvezda Dennitsa, l’étoile du matin.

Gabij(i)a – Déesse lituanienne du feu et du foyer domestique.
Grande Déesse – La déesse en tête de tout panthéon, qu’elle soit déesse du soleil, de la lune ou de la Terre. La Grande Déesse était habituellement -mais pas toujours- la divinité féminine la plus respectée. Dans certaines cultures, elle était considérée comme étant à distance ou à l’écart des affaires des simples mortels et son culte était faible.
Ghovt – En Arménie, il s’agit d’une diablesse, démone dans de corps de laquelle Koknas, la sœur de Suren, a été transformée.
Gudiri-MumiMère du tonnerre – Chez les Votyak, c’est la déesse du tonnerre et de la foudre.

Mokǔsa – Sorcière. Elle apparaît pendant le grand carême, visite les maisons, surveille les fileuses, s’occupe du bétail.
Mokosha / Mokǔsĭ – Déesse de la fertilité, responsable de l’abondance des récoltes et protectrices des travaux des femmes, en particulier du filage et de la laine. On dérive son nom du mot « mokryi » (humidité, pluie) et le rapproche de l’humidité de la terre qui donne la vie, de la Terre-Mère humide du folklore russe et du culte chrétien rendu à Paraskeva, la sainte martyre: Paraskeva (Paraskeva-Pyatnitsa) était la « sainte des femmes », protectrice des sages-femmes, de l’eau et du filage de la laine. Elle devint la sainte patronne de l’eau.
Dans le folklore du nord de la Russie, on parle d’une créature femelle terrible, la mokosha. Bien que portant le même nom que la déesse, il n’y aurait aucun lien direct entre celle-ci et la créature.
Morana – Déesse de l’hiver et de la mort.

Siva – Divinité des Polabes (tribus slaves). Il s’agit d’une divinité inventée par un faussaire, néanmoins, les Tchèques ont interprété Siva par Žiwa (la vie, la vivante). Žiwa (ou encore Živena) est la déesse de la vie de l’homme et de la nature, ainsi que le nom slave de la déesse Cérès.

Ursula / Horsel – Dans la mythologie slave, c’est la déesse de la Lune.

Ved’ma – Sorcière. Nom au masculin: Vedun. Nom au pluriel: Ved’my. Les sorcières (et sorciers) passaient pour être démoniaques et/ou pratiquant la magie noire.
Les Ved’my du sud passaient pour être jeunes, belles et séduisantes, et allant pieds nus, légèrement vêtues. Elles pouvaient prendre la forme d’un papillon ou d’une mouche pour s’envoler et faire des bêtises. Elles participaient également à des sabbats orgiaques.
Les Ved’my du nord pratiquaient peu les fêtes sataniques. Généralement vieilles et laides, bossues ou portant quelque chose de difforme, et dénuées de tout attrait érotique.

Zorya Dennitsa / Zvezda Dennitsa – Déesse slave, qui personnifie l’Etoile du Matin.
Zorya Vechernyaya / Zvezda Vechernyaya / Zoryi – Déesse slave. Une des deux filles de Dazhbog* (dieu solaire). Elle est la déesse du Crépuscule, et personnifie l’Etoile du Soir.
Zroya – Déesse slave. Déesse vierge de la guerre.
Zuttibur – Obscure déité des forêts, assimilée à un esprit du même type que le leshii.
Žytniamatka – Déesse prussienne du grain.

Humaines aux pouvoirs surnaturels, entités et créatures diverses

Bereginy – Les nymphes des rivières, des lacs et des forêts. Les Bereginy semblent être parmi les plus anciennes divinités de la chasse et de la fertilité. Plus tard, on a séparé les Bereginy en catégories individuelles, telles que la Russalki ou Vili, la Ptitsy-siriny et la Rozhanitsy. Certaines autorités affirment ensuite d’autres nombreuses divinités, comme à l’ouest la déesse slave Zhiva, également originaire de la Bereginy.
Bolotnik – Esprit des marais, parents du Vodyanoi.

Dĕduška Domojov / Domovoi – L’aïeul de la maison – Représenté sous la forme d’un vieillard, il se cache pendant le jour derrière le poêle et la nuit il sort de sa retraite et mange les mets qu’on lui a préparé. Il se plait dans tous les endroits où un feu est allumé, et fréquente volontiers les bains de vapeur. On l’appelle alors le bannikŭ: il n’aime pas les baigneurs qui le dérangent en se baignant la nuit, surtout s’ils n’ont pas fait leurs prières avant les ablutions.
Cet esprit domestique symbolise plus précisément le gardien de la famille et incarnation des amis et parents décédés. Il vit le plus souvent dans le feu qui anime le poêle de la maison, occupe les habitations des paysans et leurs bâtisses agricoles environnantes.
Le domovoi peut résider dans les « espaces frontières » entre l’intérieur et l’extérieur (= le pas de la porte, le cellier, le grenier…). Comme dit ci-avant, il peut revêtir une apparence humaine, souvent représentée par un vieil homme, mais peut prendre la forme d’une femme, ou encore d’animal. Il reste globalement invisible. Sa fonction essentielle est de protéger la maison, la famille et ses biens, ainsi que les animaux de la ferme dont la fertilité, la santé et le bien-être relevaient aussi de sa compétence. Son action se mêlait parfois donc avec celle du dvorovoi. Il a aussi pour obligation de décrypter l’avenir et prévoir les dangers.
Domovikha – L’épouse du domovoi. Cet esprit de ménage de sexe féminin vit dans la cave ou le poulailler, tandis que son compagnon vit dans le poêle. Le domovikha (connu aussi sous le nom domania ou kikimora) aidait les bonnes épouses en accomplissant les tâches ménagères pour elles et irait ennuyer en chatouillant leurs enfants éveillés au milieu de la nuit.
Diable et démons – Le diable populaire hérité du christianisme devint un être complexe et contradictoire dans le folklore slave. L’Eglise orthodoxe réunit sous une même rubrique de condamnation, intitulée le « diabolique », non seulement les diables d’origine biblique, mais encore les divinités archaïques des Slaves pré-chrétiens (comme Perun / Péroun et Volos) ainsi que leurs idoles.
Dvorovoi – Esprit régnant sur la cour de la ferme – Il s’assure que tout est bien net et bien rangé à sa place.

Faraony – Une des nombreuses variantes des noms donnés aux Rusalki (ou Russalki), les autres étant Mavki, Navki ou encore Vodianiani.
Fées – Êtres surnaturels dotés de pouvoirs magiques qui pourraient aider ou nuire aux êtres humains. Dans les légendes récentes, les fées ont été décrites comme très faibles et parfois très belles et délicates. Dans les histoires médiévales, cependant, les fées sont souvent de taille humaine.

Houri – En Arménie, c’est le nom générique que l’on donne aux nymphes de toute sorte.
Houri-Pari – Dans la mythologie arménienne, c’est une nymphe paradisiaque mais pas toujours connectée avec l’eau.

Iarila – En Russie, il s’agit de la personnification féminine du dieu du soleil Iarilo.
Iaroslavna – La femme d’Igor, une puissance sorcière russe qui utilise ses pouvoirs surnaturels pour protéger son mari.
Ienzababa – Nom polonais pour Baba-Yaga.
Itugen – En Mongolie, il s’agit du nom donné à la déesse de la Terre et de la fertilité.

Leshii – Sorte de démon de la forêt. Cet esprit pouvait se donner l’apparence d’une personne connue des victimes qu’il vise dans le but de mieux les tromper. Il peut aussi emprunter l’aspect d’animaux vivant dans la forêt, notamment ours ou loup.
Il fait égarer ceux qui s’aventurent en forêt, en déplaçant le balisage des chemins, masquant les sentiers, obligeant les gens à tourner en rond jusqu’à ce qu’ils s’effondrent épuisés ou affamés, ou qu’ils tombent dans un ravin ou un marécage. Le leshii peut parfois revêtir une forme féminine.

Omutnik – Démon tapi dans les lacs et rivières.
Ovinnik – Esprit occupant le grenier.

Polevik – Esprit occupant les champs.

Rusalka (Rusalki, au pluriel) – Essentiellement créatures femelles, les Rusalki jouent un rôle analogue à celui des Vilas chez les Slaves méridoniaux. Elles ne sont pas propres à la seule Russie, et on distingue d’autres types de Rusalki:
_ Bogunki – Petites déesses – Pologne. Elles attirent dans les profondeurs des eaux les imprudents.
_ Nemodliki – En Bohême et Moravie, elles punissent les enfants qui ne font pas leur prière, entraînent les jeunes gens dans les profondeurs des eaux et les obligent à les épouser.
Les équivalents masculins des Rusalki se nommeraient les Vodyanye. Les chercheurs ont établi que les Rusalki sont les créatures spectrales des esprits des morts, plutôt que des divinités de l’eau. Selon la croyance populaire, les Rusalki sont considérées comme des morts impurs et plus particulièrement comme les spectres de femmes noyées.
Elles sont présentées comme étant d’attirantes jeunes femmes, beautés évanescentes au visage pâle et délicat, à la peau translucide. Elles portaient souvent des chevelures vertes (à l’image des herbes aquatiques) et batifolent la nuit dans les rivières à la lumière de la lune. Mais il pouvait arriver que leurs cheveux fussent blonds ou noirs. Elles peuvent se transformer en oiseaux aquatiques et avaient, parfois, des pieds palmés. Elles étaient souvent dévêtues ou déchaussées, ou ne portaient qu’une simple robe blanche sans ceinture et cheveux dénoués.
Les Rusalki étaient craintes aussi: privées d’amour, elles pouvaient se transformer en vengeresses assassines, en séduisant les jeunes hommes. Ceux qui les répondaient à leur appels étaient attirés dans l’eau et noyés ou aussi les chatouiller sans pitié. Elles pouvaient également s’en prendre aussi aux jeunes femmes.

Vselav – Russie – Une forme changeante chamanique de loup-garou qui apparaît au XIIe siècle dans Le Dit de la Campagne d’Igor. Vseslav était un prince historique du XIe siècle de Polotsk (aujourd’hui la Biélorussie).
Vilas / Wilas – Ce sont les âmes de belles jeunes filles condamnées, à cause de leurs pêchés, à flotter entre le ciel et la terre.
Elles rendent aux humains le bien ou le mal qu’elles en ont reçu pendant leur vie, et sont représentées comme de belles femmes éternellement jeunes, vêtues de blanc et de bleu, et aux cheveux d’or. Leurs cheveux renferment le secret de leur vie. La Vila qui s’en laisse arracher un meurt immédiatement. Parfois elles ont des ailes, leurs yeux brillent comme l’éclair et leurs voix est d’une douceur exquise. Elles sont comme des sortes de nymphes et vivent dans les nuages, sur la terre, dans l’eau et même dans la mer. Elles construisent dans les nuages des châteaux fantastiques.
Il y a les Vilas des forêts et des montagnes, qui jouent un rôle dans tous les phénomènes atmosphériques. Les Vilas des montagnes peuvent se changer en serpent. Celles de l’eau vivent dans la mer ou les rivières. Quelques-unes d’entre elles sont moitié femme, moitié poisson, comme les Sirènes. Elles peuvent se changer en cygne ou ont un corps de femme et des pieds de cygne.
Elles ont le don de prophétie, guérissent les maladies, peuvent ressusciter les morts. Ces esprits ont une force extraordinaire, épousent parfois des mortels et en ont des enfants.
Elles sont aussi appelées, en Bulgarie, les Samovilas, Samodivas, Divas, ou encore Judas.
Vodyanoi – Le plus malveillant des esprits des lieux. Sa principale fonction est de noyer les gens et animaux, et peut parfois revêtir une forme féminine.
Vodyanye Cherti – Petits démons des eaux.
Vu-Kutis – Un esprit de l’eau que les Votyaks doivent apaiser afin de lutter contre la maladie.
Vu-Vozo – Un esprit de l’eau malveillant qui a vécu dans les sources et les puits à partir desquels les Votyaks retiraient leur eau potable.


▪ * Dans Encyclopedia of Russian and Slavic Myth & Legend de Mike Dixon-Kennedy, il est dit que le dieu Dadzbog, dieu du Soleil et fils du dieu du Ciel Svarog, serait servit notamment par deux vierges, surnommées les Zvezdy, à savoir Zvezda Dennitsa et Zvezda Vechernyaya, personnifiant les aurores. Il n’est fait mention nulle part du fait qu’elles seraient ses filles (peut-être dans d’autres livres), et encore moins d’une troisième divinité, sœur des deux autres, comme j’ai pu le voir sur Wikipedia. Néanmoins, ceci est à vérifier dans les autres ouvrages…

▪ Votyak : les Votyak sont un peuple finno-ougrien vivant dans une région de l’Oural, en Russie. Ils sont également nommés oudmourtes.
▪ Yakut :  peuple turc.